© Hervé Goluza

La danseuse et chorégraphe Tatiana Julien propose d'expérimenter des pratiques de soins traduites par la danse et le souffle collectif.

Cette invitation au mouvement est ensuite suivie d'une discussion avec Madeleine Planeix-Crocker, curatrice du cycle des Warm Up Sessions.
 
 -
Les Warm Up Sessions partent d'une volonté de découvrir, d'incarner et d'analyser collectivement les techniques de training dans la performance. Les Sessions ont pour ambition de positionner l'échauffement comme une étape essentielle de la création performative. Ainsi, le training est compris comme un point de départ de la production chorégraphique, théâtrale et de la performance, un processus à la fois de partage et de réflexion. En partant d'invitations inclusives, les Sessions cherchent à déconstruire les silos érigés entre le mouvement etla pensée. Le cycle propose un espace de pratique et une plateforme de discussion pour toutes et tous, élaboré de concert avec les invité·e·s. Dans ce terrain d'expérimentation, les publics deviennent des participant·e·s acti·f·ve·s, donnant naissance à un event éphémère et récurrent.

Diplômée du CNSMDP et de l’université Paris VIII, Tatiana Julien devient interprète pour la Cie 7273, Nathalie Pernette, Thomas Lebrun ou encore Sylvain Prunenec. Aujourd’hui elle danse pour Olivia Grandville et Boris Charmatz.

En 2011, elle fonde sa compagnie, INTERSCRIBO. À la croisée des langages, la compagnie explore des formes spectaculaires hybrides pour plateau et in-situ, mêlant professionnels et amateurs, et qui s’interrogent sur l’engagement de l’artiste dans le monde et la place du spectateur/ citoyen. Les créations, souvent adaptées à l’architecture des lieux, proposent des dispositifs engageant pour le public et déploient le fantasme d’une danse qui se contamine, partout, tout le temps, une danse qui suscite de l’empathie. Le son, la lumière, et le texte sont des éléments primordiaux. Le corps s’engage dans ces paysages immersifs comme un cri perçant, traversé par son contexte, chargé d’une force vitale persistante.

Les premières créations de la compagnie, la Mort & l’Extase, Douve, Ruines et Initio, opéra chorégraphique sont d’abord des formes aux abords de l’expressionnisme, dans une écriture chorégraphique ciselée, verbale et incarnée. Les pièces plus récentes Turbulence – installation chorégraphique au casque pour espaces non-dédiés -, Soulèvement – un solo sur la résistance en dispositif bi-frontal -, et  A F T E R – création pour huit interprètes (reportée à cause de la situation sanitaire) dans une scénographie d’effondrement -, poursuivent l’exploration d’une danse manifeste, pleine et engagée, cette fois sous des formes plus performatives et avec l’intégration et l’immersion du public dans la scénographie.

Dans le cadre du projet européen Dancing Museums la compagnie invente un temps fort pour la danse intitulé la Cité (éphémère) de la danse. Elle y invite différents chorégraphes à performer l’utopie d’une cité de la danse en lien avec les habitants. Tatiana Julien a créé au Musée du Louvre la performance Prière de ne pas détruire et Monumenta dans la Nef du Grand Palais. Elle a également performé à la National Gallery à Londres, au musée Boijmans à Rotterdam, à la Gemälde Galerie à Vienne, au museo Civico, au musée d’Arte Sella en Italie, et à l’INHA à Paris.

Tatiana Julien est artiste associée à la Maison de la Culture d’Amiens / Pôle européen de création et de production, artiste accompagnée par le phénix – scène nationale de Valenciennes dans le cadre du Campus du Pôle européen de création et fait partie du vivier des artistes de l’Espace des Arts, scène nationale Chalon-sur-Saône. Elle est également artiste compagnon au Théâtre du Beauvaisis, scène nationale.

Le travail de Tatiana Julien est soutenu par apap – FEMINIST FUTURES, un projet co-fondé par le Creative Europe Programme de l’Union européenne.

Born and raised in Los Angeles, Madeleine Planeix-Crocker is associate curator at Lafayette Anticipations.

In 2018, she founded the "Warm Up Sessions", a cycle of public and participative meetings around training practices in dance and performance. In the spring of 2021, she proposes the "Dérives" series, which aims to contribute to the writing of new histories of the arts through dialogues co-constructed with contemporary artists. Her interests lie at the crossroads of research and curation of feminist, queer and intersectional performances.

Madeleine is also co-director of the Chair "Troubles, Dissidences and Aesthetics" at the Beaux Arts de Paris and a permanent member of the Scientific Research Council of the ESAD in Reims.

A graduate of Princeton University in cultural studies, Madeleine obtained a Master's degree in Media, Art and Creation from HEC Paris and a Master's degree from EHESS. There she carried out a research-creation project with the association Women Safe, where she now runs a theatre and creative writing workshop. Madeleine is currently doing a thesis at EHESS (CRAL) on contemporary communal performance in France.

She has practiced dance and theatre since childhood.