Lucy Beech, Reproductive Exile, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, 2018. Film commandé par Lafayette Anticipations, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow.
Lucy Beech, Reproductive Exile, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, 2018. Film commandé par Lafayette Anticipations, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow © Pierre Antoine

Reproductive Exile

Date : 2018
Technique : Vidéo HD. Durée : 30 minutes

Reproductive Exile retrace l’histoire d’une femme qui, dans le cadre d'un programme d'assistance médicale à la procréation, a entamé un processus l'ayant conduit dans différents pays. Monté en boucle, le film est caractérisé par le mouvement continu de corps et de substances biogénétiques traversant des frontières (physiologiques et géographiques), suggérant le piège d’un périple sans fin. L’histoire révèle la dépendance de la protagoniste à une chaîne de corps féminins humains et non-humains, liés de façon invisible par la production d'hormones sexuelles essentielles au mécanisme de la reproduction. Le film met en évidence les biais propres à la recherche biomédicale, ainsi que les complexités intrinsèques au droit à l’identité.

Filmée en République Tchèque, où l’absence de législation concernant la gestation pour autrui offre un panel de possibilités aux parents commanditaires, la protagoniste fait la connaissance d’Eve (abréviation d’Evatar), présentée comme la « mère de tous les micro humains ». Ce dispositif, aux composants biologiques et électroniques capable de mimer le cycle menstruel, a été développé pour révolutionner les essais cliniques portant sur les traitements médicamenteux et permettre un soin individualisé aux patients. À mesure qu'elle découvre l'incapacité de son corps à produire les hormones dont celui-ci a besoin pour stimuler ses ovaires, la protagoniste développe une obsession pour Eve, se confiant à elle au sujet de ses injections quotidiennes, dérivées soit d'urine de jument gestante, soit de celle, concentrée, de femmes ménopausées.

La réponse à la stimulation ovarienne peut être parfois excessive. Dans une hallucination médicamenteuse exacerbée par ces effets secondaires, la protagoniste visualise la constellation complexe de corps invisibles, humains et animaux, qui accompagnent son parcours reproductif.

Le film est commandité par Lafayette Anticipations - Fondation d'entreprise Galeries Lafayette, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow.

Première présentation institutionnelle en France.

Crédits

Scénariste et réalisatrice : Lucy Beech
Productrice : Aude Mohammedi-Merquiol
Producteur executif : Mikulas Novotný
Chef opérateur : Lukáš Milota Focus
Assistant opérateur : Jakub Vrbik
Assistant caméra : Zdenek Vichr
Assistante réalisatrice : Zuzana Walter
Chef opérateur son : Adam Laschinger
Ingénieur du son : Honza Skála
Décors : Matej Sykora
Costumes : François Virlouvet, Sabrina Nguyenngocho, Mariam Sylla
Chauffeur : David Moravčíkf
Assistants de production : Adriana Ingeliová, Noé Robin, Sylvain Dreyfuss
Montage : Lucy Beech
Composition : Graham Massey
Design sonore : Rob Szeliga
Étalonnage : Ludovic Roussaux
Effets visuels : Kazusyoshi Sato, Nadeem Ali

Casting : Anne Von Keller, Laurence Bouvard, Melinda King, Abigail Rice, Katherine Veckerová, Eva Larvoire, Tereza Paclova Richtrová, Vilma Frantová, Maren Brown, Lucia Jágerčíková

Remerciements : Anna Colin, Rosie Cooper, Claire Jackson, Oliver Laric, Hélène Malmanche, Bill Beech, Rob Crosse
Lucy Beech, Reproductive Exile, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, 2018. Film commandé par Lafayette Anticipations, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow.
Lucy Beech, Reproductive Exile, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, 2018. Film commandé par Lafayette Anticipations, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow © Pierre Antoine
Lucy Beech, Reproductive Exile, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, 2018. Film commandé par Lafayette Anticipations, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow.
Lucy Beech, Reproductive Exile, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, 2018. Film commandé par Lafayette Anticipations, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow © Pierre Antoine
Lucy Beech, Reproductive Exile, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, 2018. Film commandé par Lafayette Anticipations, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow.
Lucy Beech, Reproductive Exile, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, 2018. Film commandé par Lafayette Anticipations, Paris ; De La Warr Pavillon, Bexhill-on-Sea ; et Tramway, Glasgow © Pierre Antoine