Courtesy de l'artiste ; Esther Schipper, Berlin ; Dvir Gallery, Tel Aviv ; Taro Nasu, Tokyo. Commande de Film and Video Umbrella, The Photographers’ Gallery et Ishikawa Foundation. Avec le soutien de Arts Council England. Photo : Andrea Rossetti

Joanne

Date : 2016
Technique : 2 caissons lumineux, impression numérique, structure en aluminium, écran LED, vidéo 12:06 minutes
Exposition : Revolution

Joanne présente une nouvelle image publique de Joanne Salley, une ancienne professeure d’arts plastiques de Simon Fujiwara.

Miss Irlande du Nord 1998, artiste, enseignante et championne de boxe, Joanne encourage le jeune Simon, étudiant boursier à la prestigieuse école privée londonienne Harrow, à cultiver son intérêt pour l’art. Quelques années plus tard, elle se retrouve au centre d’un scandale alimenté par les tabloïds, après que des étudiants ont diffusé des photographies privées sur lesquelles elle pose nue. Lors du battage médiatique qui s’en suit, elle est affublée du nom de « la prof aux seins nus » par la presse populaire, qui multiplie les stéréotypes féminins pour mettre à mal sa réputation personnelle et professionnelle. Cinq ans après les faits, l’artiste et l’enseignante collaborent sur un projet visant à restaurer son image publique en faisant appel à des experts et en employant des techniques empruntées aux domaines des médias, de la publicité et de la mode.
Courtesy de l'artiste ; Esther Schipper, Berlin ; Dvir Gallery, Tel Aviv ; Taro Nasu, Tokyo. Commande de Film and Video Umbrella, The Photographers’ Gallery et Ishikawa Foundation. Avec le soutien de Arts Council England. Photo : Andrea Rossetti
Courtesy de l'artiste ; Esther Schipper, Berlin ; Dvir Gallery, Tel Aviv ; Taro Nasu, Tokyo. Commande de Film and Video Umbrella, The Photographers’ Gallery et Ishikawa Foundation. Avec le soutien de Arts Council England. Photo : Andrea Rossetti
Courtesy de l'artiste ; Esther Schipper, Berlin ; Dvir Gallery, Tel Aviv ; Taro Nasu, Tokyo. Commande de Film and Video Umbrella, The Photographers’ Gallery et Ishikawa Foundation. Avec le soutien de Arts Council England. Photo : Andrea Rossetti