Anicka Yi, 7,070,430K of Digital Spit
Anicka Yi, 7,070,430K of Digital Spit, a Memoir, Kunsthalle Basel, 2015 © Philipp Hänger

7,070,430K of Digital Spit, a Memoir

Date : 2015
Technique : Installation. Métal, plastique, tissu, plâtre, bois, peinture Édition d'artiste. Papier, parfum, feu
Collection : Fonds de dotation Famille Moulin - Acquisition 2015

L’éphémère est au cœur du travail d’Anicka Yi, comme l’illustre l’ouvrage fait de papier parfumé à brûler 7,070,430K of Digital Spit, a Memoir réalisé grâce au soutien de Lafayette Anticipations en 2015.

En quête perpétuelle d’une poésie de l’odeur, l’artiste a travaillé avec la Fondation d’entreprise pour créer le projet et la fragrance liée à la perte de la mémoire. Ce parfum réalisé par Barnabé Fillion a imprégné des feuilles de papier d’encens pendant plusieurs semaines.
Ce livre en édition limitée, fruit de recherches et d'expérimentations, a donné son titre à l’exposition de la Kunsthalle Basel (12.06.2015-16.08.2015). Brûlé lentement conformément aux instructions d’Anicka Yi, le mémoire libère peu à peu son odeur d’amnésie.

Cette poésie de la fragrance s’échappe subrepticement de l’installation The Last Diamond, composée de deux tambours de sèche linge. Le premier délivre une odeur de papier qui se consume, tandis que du second s’échappe un parfum d’oubli, intitulé Aliens and Alzheimer’s.

Eugène Amaro et Amaro Lab (fabrication des papiers encens)
Sébastien Chitarrini et ROKE (impression)
Barnabé Fillion (création du parfum)
Eric Wrenn (graphisme)
Équipe du MIT (conception du livre)
Anicka Yi, 7,070,430K of Digital Spit
Anicka Yi, 7,070,430K of Digital Spit, a Memoir, Kunsthalle Basel, 2015 © Philipp Hänger
Vue de l'exposition Faisons de l'inconnu un allié, Anicka Yi, 2016 © Isabelle Giovacchini