Isabelle Andriessen, Tidal Spill, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, Paris, 2018. Produite par Lafayette Anticipations, Paris. Photo : © Pierre Antoine
Isabelle Andriessen, Tidal Spill, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, Paris, 2018. Produite par Lafayette Anticipations, Paris. © Pierre Antoine

Tidal Spill

Date : 2018
Technique : Série de sculptures – Céramique, bacs en métal, sulfate de fer(II), dichromate de potassium, permanganate de potassium, résistances, cire de paraffine, silicone, aluminium, compresseur frigorifique, tubes, senteur, air compressé

La contamination est au centre de Tidal Spill, une installation composée de plusieurs éléments sculpturaux soumis à des traitements tantôt chimiques, tantôt électriques.

Quand une sculpture transpire et dégouline, les autres s’oxydent et se couvrent de cristaux qui évoluent tout au long de l’exposition. Leur prétention à l’organicité se poursuit dans leurs formes - qui, dans certains cas, ressemblent à des parties du corps humain rendues mutantes par la toxicité environnante - ainsi qu'à travers leur texture : pores, plis, grains de beauté, cicatrices et vergetures hyperréalistes apparaissent à la surface de ces formes démembrées.

L'artiste décrit ces œuvres et certaines œuvres antérieures comme des « sculptures zombies » présentant des symptômes de métabolisme et de maladie qui leur donnent une impression de mouvement, d'évolution et de dégradation tout au long de l'exposition. Reliées par des tubes parcourus par divers fluides, ces sculptures évoquent une infection co-dépendante. Leur revendication d’agentivité n’est pas issue d’un endroit sain ; au contraire, elle émerge du domaine du toxique et de la maladie, et rappelle à ce titre l'observation de Jane Bennett dans Vibrant Matter (2009), selon qui les déchets ne sont rien moins « qu'un tas de matière vivante [...] qui s’accumule ». Dans cette œuvre, la distinction entre éléments organiques et inorganiques est volontairement ambiguë et, sous ses allures d’apocalypse ordonnée, Tidal Spill présente un terrain propice à l’émergence de nouvelles espèces qui dépasseraient ces catégories.

Première présentation institutionnelle en France.

Programme public

Les coulisses de la production
Dimanche 24 juin à 16h
L'artiste en conversation avec Hicham Khalidi (curateur) & Dirk Meylaerts (directeur de la production)

Crédits

Courtesy : Isabelle Andriessen

Conseillers techniques : Stephan Kuderna, Marianne Peynenburg, Kees Reedijk, Anthony Sgard
Ingénieur frigoriste : Henk Komin
Nez : Tanja Deurloo, Christophe Laudamiel
Assistant technique : Anami Schrijvers
Fabrication : IJskoud BV, Bronsgieterij Kemner
Partenaire : Rijksakademie van Beeldende Kunsten
Isabelle Andriessen, Tidal Spill, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, Paris, 2018. Produite par Lafayette Anticipations, Paris. Photo : © Pierre Antoine
Isabelle Andriessen, Tidal Spill, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, Paris, 2018. Produite par Lafayette Anticipations, Paris. © Pierre Antoine
Le Centre ne peut tenir / Le regard de Barbara Carlotti #3
Isabelle Andriessen, Tidal Spill, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, Paris, 2018. Produite par Lafayette Anticipations, Paris. Photo : © Pierre Antoine
Isabelle Andriessen, Tidal Spill, 2018. Vue de l’installation, Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, Paris, 2018. Produite par Lafayette Anticipations, Paris. © Pierre Antoine
Le Centre ne peut tenir / Interview Anna Colin #2 © Lafayette Anticipations
Isabelle Andriessen, Vue de l'œuvre Tidal Spill en cours de production, 2018 © Isabelle Andriessen
Isabelle Andriessen, Vue de l'œuvre Tidal Spill en cours de production, 2018 © Isabelle Andriessen
Le Centre ne peut tenir / Interview Anna Colin #3 © Lafayette Anticipations
Isabelle Andriessen, Vue de l'œuvre Tidal Spill en cours de production, 2018 © Isabelle Andriessen
Isabelle Andriessen, Vue de l'œuvre Tidal Spill en cours de production, 2018 © Isabelle Andriessen