LIPSYNC

Date : 2020
Technique : Tatouage sur silicone/Gravure laser sur silicone, encre de sérigraphie et armature en métal
Courtesy : Courtesy de l’artiste et Zeno X Gallery, Anvers
© Pierre Antoine

Cette série d’œuvres provient d’images extraites de vidéos d’apprentissage de la lecture labiale, une méthode de communication destinée aux personnes sourdes et malentendantes qui s’est imposée depuis la fin du XIXe siècle comme un processus de normalisation faisant de la surdité une pathologie à laquelle on remédie à travers l’apprentissage, souvent autoritaire, du langage verbal.

Chacune de ces œuvres correspond à une syllabe, à un son qui demeure indéchiffrable.

Ces bouches tantôt classiques, tantôt séduisantes sont déformées. Elles témoignent de la complexité et de la difficulté à formuler des intentions intérieures tout en symbolisant la primauté de l’échange verbal au détriment des autres formes de communication entre les êtres.

Martin Margiela développe ici une technique singulière : les bouches sont tatouées au laser sur des plaques en silicone dont la teinte rappelle la couleur de la peau. Elles paraissent ainsi gravées sur un épiderme, territoire auquel elles sont inextricablement intégrées et dont elles tentent de révéler l’activité intérieure.

Carnet de production

La Fondation conserve et documente les traces des œuvres à différents stades de leur réalisation (esquisses, maquettes, prototypes, etc.).
Etat final des plaques de silicone
09 novembre 2020
Encrage bleu des plaques de silicone
08 novembre 2020
Nettoyage des plaques

On enlève l'encre projetée au laser. Le silicone conserve l'impact de la projection créant ainsi un épiderme sur la plaque.

27 octobre 2020
Encrage des plaques de silicone au laser
26 octobre 2020
Démoulage des plaques de silicone
25 octobre 2020
Coulage du silicone sur les plaques
24 octobre 2020
Bouches tramées
01 septembre 2020
Essai de tramage du noir
27 août 2020
Nouveau tramage des clichés
03 mars 2020
Clichés des six bouches composant la série LIPSYNC
23 janvier 2020