Vue de l'exposition Faisons de l'inconnu un allié, Mimosa Échard, 2016 © Isabelle Giovacchini

A Conversation with Trash

Date : 2016
Technique : Fauteuils bulle en plexiglas, inclusion de résine, objets trouvés, végétaux, déchets
Courtesy : Galerie Samy Abraham, Paris

Les travaux du psychanalyste autrichien Wilhelm Reich autour de ce qu’il a nommé l’orgone sont l’un des points de départ de cette installation.

Dans les année 1930, ce disciple de Freud avait imaginé un moyen de stocker et canaliser les énergies humaines dans les alliages de résines, métaux et cristaux. Mimosa Echard s’essaie avec A Conversation with Trash à la création de ses propres orgonites. Privilégiant une expérimentation sauvage, elle a méthodiquement coulé de la résine en y incluant divers éléments de son choix ; le rapport à la matière et la recherche de l’accident ont guidé les pas de l’artiste.

Ce goût pour l’expérimentation et l’assortiment d’éléments divers se prolonge dans deux « bubble chairs ». Ces deux œuvres donnent à voir une composition organique au mouvement figé qui rappelle les plateaux du potier hugenot du 16e siècle Bernard Palissy.
Vue de l'exposition Faisons de l'inconnu un allié, Mimosa Échard, 2016 © Isabelle Giovacchini
Vue de l'exposition Faisons de l'inconnu un allié, Mimosa Échard, 2016
Vue de l'exposition Faisons de l'inconnu un allié, Mimosa Échard, 2016 © Isabelle Giovacchini