Tyler Coburn, Ergonomic futures

Suite à sa participation à l'exposition Faisons de l'inconnu un allié (2016) avec l'oeuvre Ergonomic futures, l'artiste américain propose une conférence éponyme.
Ergonomic futures est un projet protéiforme issu d'une série d'entretiens menés par Tyler Coburn avec des paléoanthropologues, des biologistes de l'évolution, des ingénieurs en génie génétique et des ergonomistes. Ce travail questionne le futur du corps humain à travers le prisme de l'évolution spéculative. Dans ce cadre, il a demandé à chacun d'imaginer, par des scénarios, les évolutions hypothétiques du corps - et de voir comment ces résultats pourraient réorienter les discussions actuelles sur la normativité du corps. Au cours de cette conférence, les thèmes de l'ingénierie génétique, l'effet fondateur, la vie post planétaire sont abordés, ainsi que d'autres disciplines et phénomènes susceptibles d'éclairer les écarts sensibles entre les acceptions biologiques, philosophiques et légales de ce que nous qualifions d' « humain ».
 
Commandée par Lafayette Anticipations et la 11ème Biennale de Gwangju, la conférence Ergonomic Futures se présente également sous deux autres formes. 
 
En collaboration avec des architectes de Bureau V à New York, Coburn a créé des sièges ergonomiques adaptés aux corps du futur, et destinés à servir de mobilier pour musée. Deux de ces sièges sont installés au Centre Pompidou et au musée de l'Homme à Paris pour un usage à long terme. 
 
Avec l'aide des designers Luke Gould et Afonso Martins, Tyler Coburn a également créé un site web réunissant des nouvelles destinées à évoluer au fil des années. (www.ergonomicfutures.com)
 
Accès libre et gratuit. Événement en anglais, sans traduction.
Book cover of Olaf Stapledon, <i>Last and First Men: A Story of the Near and Far Future</i> [1930], New York, Magnum Books, 1978
Book cover of Olaf Stapledon, Last and First Men: A Story of the Near and Far Future [1930], New York, Magnum Books, 1978 Courtesy de l'artiste

Participant·e·s

Tyler Coburn interroge les tensions de notre monde contemporain, qu'il s'agisse du rapport entre les salaires et les loisirs, l'intimité et la sphère publique des réseaux sociaux, le monde virtuel et les infrastructures matérielles qu'il engendre.
Diplômé de l'Université de Yale en Littérature comparée et de l'Université de Californie du sud, il a également participé au Whitney Independent Study Program en 2014-2015. Il écrit régulièrement dans les revues frieze, e-flux journal, Dis, Mousse et Rhizome. Ses performances, textes et installations ont été présentés, entre autres, au Whitney Museum of American Art, New York ; South London Gallery ; Kunstverein, Munich ; Kunsthalle de Vienne ; CCA, Glasgow ; Sculpture Center, New York ; ou encore à Power Station of Art, Shanghai.
Plus d'infos