14min
Online event since 3 years et 8 mois Online event since 3 years et 8 mois Online event since 3 years et 8 mois

Mohammad Reza Mortazavi is an Iranian artist based in Berlin, a virtuoso of the daf (traditional percussion instrument of Persian origin).

During his career, he has developed more than 30 new striking techniques and revolutionized the traditional way of playing. After acclaimed performances in venues such as the Berlin Philharmonic and the Sydney Opera House, Mohammad Reza has been exploring experimental electronic music for a few years now, as evidenced by his latest album "Ritme Jaavdanegi" released on the Parisian label Latency and his collaborations with artists such as Fis, Burnt Friedman or Mark Fell.
As part of our online public program, Mohammad Reza Mortazavi opens the doors of his studio and gives us a glimpse of the extent of his playing techniques by immersing us in his universe composed of sounds as illusionistic as they are shamanic, where the incessant crescendo tempo of his fingers on the skin of his instrument transports us into states on the borders of trance.
This moment of togetherness in the artist's intimacy begins with a conversation with Sohrab Kashani, Iranian artist and curator and founder of Sazmanab, a curatorial platform based in Tehran.

Mohammad Reza Mortazavi est un artiste iranien basé à Berlin, virtuose du daf (instrument à percussion traditionnel d’origine persane).

Mohammad Reza Mortazavi commence à prendre des cours de Tombak à l'âge de 6 ans. Submergé par la puissance et la fascination de la musique, il a appris à jouer du tambour si rapidement que son professeur n'a pas pu lui enseigner d'autres compétences dès l'âge de 9 ans. La même année, Mohammad Reza Mortazavi remporte le concours annuel iranien de Tombak, auquel seuls les meilleurs musiciens du pays sont autorisés à participer. Il le remporte six fois de plus au cours des années suivantes.

À l'âge de 20 ans seulement, Mohammad Reza Mortazavi est considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de Tombak au monde. Au cours de sa carrière, il a développé plus de 30 nouvelles techniques de frappe et de doigts et a révolutionné la manière traditionnelle de jouer.

À l'âge de 22 ans, le musicien se rend pour la première fois en Allemagne et se produit avec grand succès à Munich. Outre la sortie de plusieurs CD, il a été invité à de nombreux concerts dans toute l'Europe, où il a fait vibrer le public. En 2003, il reçoit le prix allemand des musiques du monde RUTH dans la catégorie des nouveaux venus - parmi plus de 600 candidats. En mars 2010, ses succès en concert ont été couronnés par un concert solo qu'il a donné à la Philharmonie de Berlin.

En 2010, Mohammad Reza Mortazavi a également commencé à travailler avec flowfish.music et cela sur deux sorties à la fois : le CD solo GREEN HANDS et le DVD Live at the Berlin Philharmonie.

Sa tournée en solo pour l'album CODEX a commencé en 2013, avec près de 100 concerts dans le monde entier dans des lieux tels que le Festival de musique du monde de Shanghai, en Chine, la Philharmonie du Luxembourg, la Philharmonie de Cologne ou plusieurs fois au Festival Fusion en Allemagne. Pour le dernier concert en 2015, il a joué à guichets fermés à l'église des samaritains (Samariterkirche) de Berlin. La même année, Mohammad Reza Mortazavi a lancé un événement acoustique régulier à Berlin, appelé TRANSFORMATION, qui est également le nom de son 8e album solo, sorti  en 2016.


Sohrab Kashani est un artiste interdisciplinaire, curateur et écrivain iranien. Il est le directeur fondateur de Sazmanab, une plateforme de conservation à but non lucratif basée à Téhéran où il organise des expositions et des événements et accueille des résidences pour des artistes et des conservateurs internationaux.
Super Sohrab, l'alter-ego de Kashani est un super-héros basé à Téhéran qui tente de temps en temps de résoudre les problèmes sociopolitiques locaux et mondiaux. Il reçoit souvent des appels de personnes du monde entier pour l'aider à résoudre des problèmes, petits et grands. De plus, en documentant certains des événements de sa propre vie et de ses propres échecs, Super Sohrab aborde des questions telles que les répercussions quotidiennes des sanctions américaines sur les Iraniens en Iran et dans la diaspora, les fluctuations monétaires en Iran, les complications liées aux visas pour les Iraniens et la pollution atmosphérique de Téhéran. Le travail de Super Sohrab comprend souvent des interventions performatives présentées sous forme de photographies, de vidéos, de bandes dessinées, de textes et d'autres formats.