Diamond Stingily

Né·e en 1990 à Chicago (États-Unis). Vit et travaille à New York (États-Unis).
Le travail de Diamond Stingily s'articule autour du pouvoir commémoratif des objets.

Artiste visuelle et écrivaine dont la pratique s'étend à la sculpture, à la vidéo, à l'installation et au texte, Stingily est attirée par les matériaux prêts à l'emploi, qui l'incitent à l'introspection et à l'expérience collective. Les objets qu'elle privilégie portent des marques de classe distinctes et un sens aigu du lieu, souvent ancrés dans les architectures locales qui délimitent des espaces de sécurité et d'exclusion. Attentive à la texture de la mémoire personnelle (et à la politique qui la sous-tend), sa retenue formelle modifie la teneur de ce qui est par ailleurs familier ou anodin, transformant les objets qu'elle sélectionne en œuvres d'art à la fois conséquentes et évocatrices.

Parmi ses expositions monographiques récentes : 52 Walker, NY (2024), Greene Naftali, New York (2023-4), Galerie Isabella Bortolozzi, Berlin (2023, 2019) ; Cabinet, Londres (2021) ; Kunstverein München (2019) ; CCA Wattis Institute for Contemporary Arts, San Francisco (2019) ; Queer Thoughts, New York (2019, 2016) ; ICA Miami (2018) ; et Ramiken Crucible, New York (2017, 2016).

Parmi les expositions collectives auxquelles elle a participé : Lafayette Anticipations (2024), Greene Naftali, New York (2023) ; Institute of Contemporary Art, Los Angeles (2022) ; Museum Ludwig, Cologne (2020) ; Swiss Institute, New York (2019) ; Schinkel Pavillon, Berlin (2018) ; Bergen Kunsthall (2018) ; et d'importantes présentations au New Museum, New York, notamment Grief and Grievance : Art and Mourning in America (2021), Songs for Sabotage, la triennale du New Museum (2018), et Trigger : Gender as a Tool and a Weapon (2017).

Son travail est actuellement exposé dans la collection permanente du Museum of Modern Art, à New York.