Que se passe t-il lorsqu'on écoute les fréquences des affects ?

En résonnance avec l'exposition de Lina Lapelytè, Sianne Ngai développe ses recherches sur les "affects laids" pour discuter de la politique des émotions issues de paroles entravées.

Sianne Ngai est une théoricienne de la culture, une critique littéraire et une spécialiste du féminisme américaine.

Ses travaux portent plus largement sur l'analyse des formes et des jugements esthétiques propres au capitalisme. Elle est professeur d'anglais à l'Université de Chicago (depuis 2017). Auparavant, elle était professeur d'anglais à l'université de Stanford (2000-2007, 2011-2017). Ngai a obtenu son B.A. et son M.F.A. à l'Université Brown, Providence, en 1993 et 1995, son doctorat à Harvard en 2000, et un doctorat honorifique de philosophie en sciences humaines de l'Université de Copenhague en 2015.

Son premier livre, Ugly Feelings (2005, Harvard UP) étudie l'esthétique et la politique des émotions négatives non prestigieuses et non pathétiques - l'envie et l'irritation par opposition à la colère et à la peur. Son deuxième livre, Our Aesthetic Categories : Zany, Cute, Interesting (2012, Harvard UP), défend la centralité contemporaine de trois catégories esthétiques quotidiennes et vernaculaires, en les traitant avec le même sérieux philosophique que d'autres ont traité le beau et le sublime.

Originaire de Los Angeles, Madeleine Planeix-Crocker est curatrice associée à Lafayette Anticipations.

En 2018, elle y a fondé les "Warm Up Sessions", un cycle de rencontres publiques et participatives autour des pratiques de training en danse et en performance. Au printemps 2021, elle propose la série "Dérives" qui souhaite contribuer à l'écriture de nouvelles histoires des arts à travers des dialogues co-construits avec des artistes contemporain·e·s. Ses intérêts se portent à la croisée de la recherche et de la curation de performances féministes, queer et intersectionnelles.

Madeleine est également co-directrice de la Chair “Troubles, Dissidences et Esthétiques” au Beaux Arts de Paris et membre permanent du Conseil Scientifique de le Recherche de l’ESAD de Reims. 

Diplômée de Princeton University en études culturelles, Madeleine a obtenu un Master spécialisé en Médias, Art et Création de HEC Paris et un M2 à l’EHESS. Elle y a porté un projet de recherche-création avec l’association Women Safe, où elle mène désormais un atelier de théâtre et d’écriture créative. Madeleine poursuit actuellement une thèse à l’EHESS (CRAL) autour des performances en commun contemporaines en France.

Elle pratique la danse et le théâtre depuis l’enfance.